La gélinotte huppée

Diabolique gélinotte ! Elle m’a donné bien du fil à retordre !

L’oiseau

Bonasa umbellus, appelé aussi au Québec perdrix et ruffed grouse en anglais.

Oiseau de 500/600 grammes. Son habitat est sensiblement le même que la bécasse.

Gélinotte huppée
Gélinotte huppée (image MDDEFP)

Voir la fiche du MDDEFP ...

MDDEFP : Ministère du Développement Durable, Environnement, Faune et Parcs, ministère du gouvernement du Québec.

La chasse

Je pense que pas un Québécois ne part le matin chasser la gélinotte au chien d’arrêt. A la bécasse oui, et si une gélinotte se présente elle se retrouve au tableau. Les gélinottes se chassent plutôt sur le bord des chemins, ou branchées. A une époque de l’année elles sont en bandes à se gaver de baies dans les arbres, et sont à moitié saoules. Elles ne décollent même plus au coup de feu ! La récolte d’oiseaux est alors fructueuse.

Bien sûr ce n’est pas ce que je cherche dans cet oiseau.

La chasse au chien d’arrêt

Chasse de la gélinotte La première année au Québec, j’avais été frustré par la gélinotte : impossible de comprendre ce que faisait l’oiseau devant le chien. J’avais du mal à voir les oiseaux en vol, alors de là à les mettre en joue, il y avait un fossé ! Je ne faisais que les entendre. J’avais été aussi frustré par le chien lui non plus ne comprenait pas.

L’année suivante quelques oiseaux m’ont permis de mieux appréhender, mais ce n’était toujours pas ça.

Un français chasseur que j’ai rencontré la-bas avait apprécié cette chasse. Je me suis dit que quelque chose m’échappait, qu’il fallait voir ça de plus près. De là est venue l’idée d’un séjour avec des "spécialistes" locaux pour découvrir cet oiseau.

Et là j’ai passé des journées de chasse extraordinaire. Le chien qui a de la bouteille a bien compris, pour finir en apothéose le jour du départ. C’est sur ce gibier qu’est venu le déclic de faire une portée de Tangor.

L’oiseau se trouve dans les mêmes biotopes que la bécasse. Ses particularités sont de piéter très vite et de se brancher. Une fois branchée la gélinotte peut aussi bien redescendre que décoller. Son décollage se fait avec un "bruit d’hélicoptère" caractéristique. Si elle est branchée, toute son énergie est utilisée à accélérer et non plus à prendre son essor. C’est pour cela que la gélinotte part si vite et est si difficile à voir.

Mais quand le chien a compris comment retrouver l’oiseau piétard, puis comment bloquer l’oiseau avant qu’il ne décolle ou se branche, alors la diabolique gélinotte devient un gibier de choix !